mercredi 2 mars 2011

Shivaratri Pashupatinath Bodhnath

Katmandou : Shivaratri a Pashupatinath – Bodhnath

Journee mystique



Dernier matin à Pokhara avant de retourner à Katmandou. Mon bus est à 7H30 mais j’en profite pour
aller voir le lever de soleil depuis la colline de Sarangkot avant de rejoindre la station de bus. Les
montagnes sont dégagées, en revanche, pleins de nuages devant le soleil donc pas de montagnes aux
couleurs orangées…

S’ensuit une régalade de bus pendant 7 heures sur l’autoroute la plus importante du pays… Ici quand
on parle autoroute, il faut comprendre route goudronnée… Donc 2 x 1 voie, et un goudron aux
capacités accrochantes aléatoires et donc des trous partout. Une moyenne au final de 30km/h… Un
peu longuet quand même.



Histoire de pas perdre totalement ma journée, je suis allé, à mon retour à Katmandou au « Monkey
temple » (Swayambhunat pour les népalais). C’est un temple bouddhiste sur une colline un peu
boisée et où s’est installée une colonie de singe.




En haut de la colline trône un beau stupa blanc avec les yeux du bouddha, caractéristique des temples de la région de Katmandou (c’est vraiment une particularité car inexistant dans les autres pays bouddhistes). Tout autour du stupa, des rouleaux de prière que viennent faire tourner des croyants, essentiellement tibétains dont certaines femmes possèdent de fort beaux bijoux de nez.



J’en profite pour préciser que ce genre de femmes que je photographie ne représente peut-être
que 2% des gens que l’on rencontre aux temples. Si vous pensez aller au Népal et ne voir que ça,
et bien vous serez déçu. A ce moment, je vous conseille plutôt le Gansu en Chine.


Je vous ai mis ci-dessous à quoi peut ressembler la famille népalaise (du moins les ethnies indianisantes). Surtout l’homme qui est VRAIMENT le prototype de l’indien (encore que celui-ci est soft) : Un t-shirt sous la chemise, une chemise mal ajustée aux motifs improbables, un pull type mohair scintillant sans manche de couleur là aussi improbable, un pantalon « patte d’eph », et des sandales.

Globalement, la population locale est assez belle (normal vous me direz, ils sont népalais… ne pas
laid… ok désolé…) et d’une variété étonnante. Il y a de tout : typé indien, typé chinois, mongoloïdes,
montagneux et évidemment les touristes dont une bonne majorité d’altermondialistes ou d’anciens
hippies.

Le lendemain, 2 mars (Bonne anniversaire à Papounet, Dianette et Ciskal), je continue mon
exploration de la ville avec la visite de 2 temples majeurs classés à l’Unesco : Bodhnath (bouddhiste)
et (je reprends mon lonely planet) Pashupatinath (Hindouiste).


Bodhnath
 

Je dois avouer que le premier m’a bien plu. Pourtant je commence à en avoir vu du temple ! Mais
celui est sympa car il est superbement inséré dans la ville. C’est un grand stupa blanc et rond entouré
de maison disposées en cercle autour ; un peu comme une arène. La perspective est assez jolie et je
peux le dire, en plus, ce stupa est un peu en mon honneur avec des yeux bleus pour le bouddha !





Je m’offre une déambulation d’une paire d’heure dans le quartier avant de rejoindre ce qui devait
être un des points fort de mon séjour népalais : le Pashupatinath un jour de Shivaratri. Shivaratri
est une grande fête annuelle pendant laquelle les hindous célèbrent Shiva. Ce temple étant dédié à
Shiva, c’est THE temple to be pour cette fête.


Le temple en lui-même n’a pas grand intérêt pour le touriste occidental car l’entrée des temples
est réservée aux hindouistes. Difficile ici de me faire passer pour tel. Du coup on se contente de
regarder le tout de l’extérieur et cet extérieur n’est franchement pas folichon. Il y a bien les ghats de
crémation (mais beaucoup moins mystique qu’à Varanasi) le long de la rivière Bagmati (encore plus
crade que le gange !) mais rien de bouleversifiant.
Officine des entreprises Periglioni. On vous rappelle au'au bout de 3 cremanations, un kir vous sera offert!

Ca fait quand meme bizarre qd le vent change de sens et qu'on se mange la fumee de cremation dans le nez. Barbeuk du dimanche quoi...

Je vous montre aussi l'envers du decor: 1 mec et un seul fait ses ablutions pour 500 qui regardent et 10 touristes qui shootent... Ca fait moins rever je sais...

L’avantage de cette fête c’est que le spectacle est aussi à l’extérieur ! Notamment avec tous les
sâdhus venus du Népal et d’Inde pour célébrer dans des vapeurs de substances toxiques, cette fête.
Certains d’entres eux étaient vraiment frits confits. EN voilà une sélection.





Oui Oui, c'est un singe... frit confit egalement!


2eme episode de la serie "behind the scene", le sadhu posant pour le touriste devant la multitude

En tout cas, mesdemoiselles, j’ai aussi pensé à vous avec un sâdhu dans toute sa splendeur. Quand
on m’a dit qu’il pouvait porter, grâce au yoga, des poids de 100kg avec son zob, je me suis dit qu’en
cas de crise dans sa vocation, il pouvait toujours se convertir en tracto-pelle.

Par contre, il ne faut pas être agoraphobe quand on va dans ce genre d’évènement. Vous cumulez
le nombre de gens et les capacités d’organisation calamiteuses des népalais et vous obtenez
un énorme boxon. Mouvements de foule, police sur les nerfs, et une logique d’entrées/sorties
incompréhensible. Cherchant une sortie, je me suis retrouvé collé contre un grillage avec 50
personnes se poussant et essayant de passer par un trou de 50cm de large dans un grillage… Bref,
après 3 heures sur site, je n’ai pas eu le courage de rester jusqu’à la tombée de la nuit.

Un peu a l'ecart, le seul sadhu qui avait vraiment l'air de mediter et de pas etre defonce

la tendresse homme-homme typiquement asiat'


Ca donne une idee du people!
 Au programme demain, la visite de 2 autres temples classés également à l’Unesco.

6 commentaires:

  1. 3 choses me viennent à l'esprit à la lecture de cet article :

    1) le titre :
    - soit tu as tapé n'importe comment sur ton ordi
    - soit un chat est passé sur le clavier à ce moment-là
    - soit tu es sérieux, un peu à la façon de ce journaliste envoyé spécial au Japon (il me semble) de France Info que les parents écoutaient le matin et qui disait un truc incompréhensible au début de son reportage ("akvérasi aroporodaïmate")...

    2) les temples sont sympas, on dirait des bonshommes...

    3) le mec complètement défoncé en orange avec sa clope au bout des doigts m'a fait penser à papa (un air de ressemblance), j'me suis bien marrée...

    bons derniers jours, profite-en bien,
    gros bisous de ta soeur qui t'aime (toute ressemblance à une autre personne de la famille n'est que fortuite...)

    PS : tu remarqueras la clarté et l'organisation de mes explications
    PPS : j'me tais, j'retourne bosser...

    RépondreSupprimer
  2. Le roi du Boliche2 mars 2011 à 17:06

    Sadhu bon l'hindouisme quand même!!
    Au fait t'as croisé Matt à Pokhara?

    Bon allez, ciao et n'oublie pas que tu reprends le boulot lundi, héhéhé!

    RépondreSupprimer
  3. Dis donc, tu nous gâtes avec les photos de la dernière (?) escale de ton tour du monde... Superbes! Très belles couleurs, attitudes, ambiances, etc. Je ne peux que te féliciter.
    Et j'attends ton retour! Et, bien sûr, je t'embrasse

    RépondreSupprimer
  4. Pourquoi aller aussi loin alors qu'après 5 mn de concentration j'arrive sans forcer à 120 kg. Si tu me crois pas, demande à ta mère.
    Grosses bizounes
    Le JP

    RépondreSupprimer
  5. Salut msieur - la prochaine fois que tu es sur Paris faut que je t appelle illico sinon t es déjà barre. C est open bar chez air France, c pas possible.
    Sympa le reportage .

    Ps: ton père m impressionne, chapeau

    RépondreSupprimer

Un commentaire peut etre?